L'Eau



Les sources

Le territoire de Ribeauvillé est riche en sources : les petits capteurs d'eau sauvage constituent un véritable patrimoine, précieux et irremplaçable. Citons :

  • les sources du Rengelsprung, les plus anciennes, qui alimentaient le château, ainsi que celles du Wolfsbrunnen et du Schlusselstein, qui alimentent le même bassin ,
  • plusieurs sources mesurées lors en prévision de l'adduction d'eau potable (Steinthal, Mittelberg, Radstuhl qui alimente la Grande Verrerie, déjà connue au 14ème siècle , Saxermatt, Petite Verrerie),
  • Schelmenkopf (captée en 1968 par le Club Vosgien), source du Hêtre (signalée en 1832 et aménagée par le Club Vosgien en 1909),
  • Muesbach, captées en 1927 et 1972,
  • Kuhlbrunnen, devenue source Hommel en 1880 (du nom du maire qui a fait aménager l'adduction d'eau),
  • la source du Chevreuil, celle du Lutzelbach, et de nombreuses autres de faible importance,
  • sans oublier la source des Ménétriers et la source du Château, propriété des Etablissements Carola.

Les fontaines

En 1752, un inventaire fait état de 4 fontaines et 11 puits qui assurent l'alimentation en eau , un réseau de plus d'un kilomètre de conduites en bois amenait l'eau depuis la source du Rengelsbrunn. Les fontaines ont été construites à l'initiative des seigneurs de Ribeaupierre et servaient aux hommes comme au bétail.

  • la Sinnbrunnen (place de la Sinne) : diamètre 7,2 m. La colonne centrale est remplacée en 1862 par une statue en l'honneur de Ribeauvillé, offerte par le sculpteur Friedrich.
  • la Marktbrunnen (devant la Mairie) : diamètre 4,6 m. C'est la plus ancienne (1534) , la colonne centrale comporte des symboles à la gloire de Guillaume II de Ribeaupierre (armes, cimier, toison d'or, lion). Elle distribue du vin lors de la Fête des Ménétriers (Pfifferday).
  • la Stockbrünnel (devant le restaurant du Cerf), à bassin rectangulaire (16ème siècle).
  • la Kornlaubbrünnel (devant la Halle aux Blés).

A cela s'ajoute la fontaine de la place du Corbeau (place de la République), construite en 1899, et qui a reçu l'ancienne colonne centrale de la fontaine de la Sinne, érigée à la mémoire d'Eguenolphe de Ribeaupierre.

Les puits et l'adduction d'eau

Onze puits permettaient de puiser l'eau de la nappe souterraine : la qualité était satisfaisante, sauf lorsqu'ils étaient à proximité de fosses d'aisance ou de trous à fumier. Les accusations d'empoisonnement des puits lors des épidémies n'ont pas manqué au cours de l'histoire. Au 19ème siècle, les puits sont progressivement transformés en pompes, puis on envisage un approvisionnement plus efficace : en 1885, des sources sont détectées , le choix se porte sur un captage près d'Aubure, de qualité et de débit satisfaisants. Malgré des oppositions dues au coût du projet, une nouvelle conduite permit l'adduction d'eau dans la ville , 18 bornes-fontaines furent installées en ville. A la même époque, fut captée l'ancienne source thermale qui devint la source Carola. Par la suite, le captage du Muesbach fut amélioré, doté d'un réservoir dont la contenance fut doublée en 1963 , d'autres captages et d'autres réservoirs s'ajoutèrent aux précédents pour améliorer le service.

Le Stadtbach

Jusqu'à la fin du XIIIème siècle, le Strengbach (littéralement rivière au courant rapide) né sur les hauteurs de Ste Marie Mines, traverse notre c ité en son centre : une partie de son cours naturel sera détournée pour le renforcement du système défensif tandis que le resant, canalisé et régularisé, dénommé "Stadtbach" (rivière de la ville) continuera à emprunter le vieux trajet. Il s'est adapté au cours des siècles passées aux exigences et au développement de la vie : besoin domestiques, lutte contre les incendies, évacuation des eaux usée et des eaux de pluie. Son dénivelé entre l'entrée et la sortie de la ville a permis de faire fonctionner plusieurs moulins à blé ou a huile. Son eau a servi à laver les peux des tanneries et le linge des ménagères, à brasser de la bière, non sans être parfois une source de conflits entre riverains et utilisateurs. Les berges du Stadtbach ont été aménagées au milieu du XIXème siècle à l'aide de dalles et de bordures en grès. Mais, la pose de la conduite d'eau potable en 1895, la construction au Muckenloch d'un lavoir en 1908, qui fermera ses portes en 1967, et le raccordement au tout-à-l'égout de nombreux riverains conduisent l'administration municipale à envisager la suppression du Stadtbach. Une polémique est née à la fin des années soixantesur l'opportunité ou non de cette suppression. L'eau est finalement coupée le 15 juillet 1969.

Inauguré le 20 mai 2005

La remise en eau et en lumière du Stadtbach au niveau de la place du Bouc est l'aboutissement d'une partie des travaux d'aménagement destiné à rehausser le cachet de la ville haute et faciliter la vie de ses habitants. L'inauguration de ce tronçon à été l'occasion, plus vraie que nature, de recréer la vie dans les quartier du 20ème siècle.

Les sources
Les sources
Place de la Sinne
Place de l'Hôtel de Ville
Place de la République
Le Stadtbach
Le Stadtbach