Les Remparts et Tours



La Tour des Bouchers

Au 13ème siècle, Ribeauvillé est érigée en ville et s'entoure d'un rempart. Elle est divisée en quatre quartiers qui ont chacun leur propre fortification : des tours-portes permettent le passage de l'un à l'autre. La plupart ont disparu au 19ème siècle, il ne subsiste actuellement que la Tour des Bouchers, érigée entre la Ville Moyenne et la Vieille Ville. Elle doit son nom à l'activité de boucherie développée dans les maisons à ses pieds. Elle comportait à l'origine trois étages et fut rehaussée en 1536 , la balustrade de style Renaissance porte les armes des Ribeaupierre. Elle servait notamment de beffroi et de prison. A la suite d'un incendie en 1803, elle est fortement endommagée et sa démolition est envisagée mais le projet n'aboutira pas, fort heureusement.

La Tour des Cigognes

Sur le flanc Est, plus vulnérable, le rempart de la ville était doublé , aux angles, se trouvaient deux tours, encore conservées, cylindriques, à toiture à 10 pans. Elles datent du 14ème siècle : elles ont résisté à la guerre de Trente Ans, elles ont vu s'installer les premiers ateliers textiles, elles ont échappé à la démolition de la majeure partie du rempart au 20ème siècle. Les toits sont surmontés de nids de cigognes, maintenant souvent occupés.

La Tour des Sorcières

A venir

La Porte des Cerfs

Une portion du mur d'enceinte situé sur le rempart sud de la ville conserve encore l'encadrement d'une ancienne porte. D'après les documents d'archives, il pourrait s'agir de la porte dénommée « Hirtzenthërel » ou « Grabenthërlin ». Celle-ci débouchait sur le fossé aux cerfs ou « Hirtzengraben » qui bordait la vieille ville et la ville basse, au Sud le long du Strengbach et à l'Est vers la plaine.

Tour des Bouchers
Tour des Cigognes
Tour des Sorcières
Porte des Cerfs